Nous sommes réunis ici pour dire merci à Michel pour tous les services qu’il a rendu à la commune.

 

Encore enfant, Michel a participé aux travaux agricoles comme le faisait la plupart des enfants de la campagne à cette époque. Au début de sa vie professionnelle, Michel a participé à la révolution agricole en posant des drains pour l’entreprise Trémouille. La mécanisation des travaux l’a conduit à devenir conducteur de pelles au sein de l’entreprise Martin et à occuper ce poste jusqu’à la liquidation de l’entreprise en 1992. En 1992, Michel a été frappé par la vague de licenciements qui a suivit la liquidation de l’entreprise Martin.   Il a eu du mal à s’en remettre et je ne suis pas sûr qu’il s’en soit vraiment remis. En 1997, il a trouvé un second souffle lorsqu’il est devenu ouvrier communal. Il a quitté ce poste en 2002 suite à des problèmes cardiaques.

 

En déposant cette plaque sur sa sépulture, nous voulons mettre en avant une autre facette de Michel, celle du rozétains engagés. En effet, Michel a travaillé pour gagner sa vie mais aussi pour donner aux autres. Jusqu’à quelques mois de la fin de sa vie, Michel a travaillé bénévolement pour la commune. Il a participé à l’aménagement de la salle des fêtes et à la remise en état de l’ancien appartement des enseignants. Il a aussi effectué des travaux d’entretiens et s’est occupé des parterres de fleurs.

 

Michel aimait Rozoy le Vieil. Il ne me l’a jamais dit. Michel était peu disert. Il n’a pas dit son amour pour son village avec des mots, il a utilisé le langage qu’il préférait, celui de l’action.

 

Dernière les mots gravés sur cette plaque, il y a un message tout simple venu de nos cœurs « Michel tu nous manques ».